Village d'enfants SOS Natitingou

C'est en raison de la misère extrême et du problème particulier des enfants abandonnés au nord du pays, que le deuxième village, à Natitingou, fut construit. Dans un pays où le taux de chômage reste élevé, où les familles vivent dans des conditions de vie difficiles et précaires, la construction d'infrastructures d'aide ponctuelle et durable à l'enfance et à la famille s'avère être une nécessité. Le Bénin, bien que jouissant d'une croissance stable, souffre d'un manque significatif de moyens financiers et matériels, que ce soit pour la scolarisation, mais aussi pour l'aide aux enfants abandonnés ou aux familles vivant dans le dénuement.

Les familles, pour la plupart nombreuses en enfants, ne peuvent subvenir correctement aux besoins de tous leurs membres. La scolarité des enfants y est précaire du fait d'un nombre limité d'établissements scolaires pour une très forte proportion d'enfants de moins de 18 ans, mais aussi en raison de frais de scolarité trop importants.

Photo:

 Natitingou est la capitale du département de l'Atacora, au nord-ouest du pays. Le village d'enfants SOS de Natitingou a été construit à la sortie de la ville en direction de Djougou, dans le quartier d'Ourbouga. Il est situé sur une petite colline près de la route nationale, à environ 4 km du centre ville.

A 1,5 km du village d'enfants SOS se trouvent une école primaire, un lycée technique et un hôpital, le premier marché étant, lui, distant de 5,5 km. Le quartier d'Ourbouga, encore peu peuplé, n'est jusqu'à présent formé que de quelques huttes de paysans pauvres entre lesquelles s'ébattent des enfants qui n'ont pas la possibilité d'aller à l'école.


Le village d'enfants SOS de Natitingou a été construit sur un terrain d'une étendu d'environ 8 hectares, offert par les autorités nationales béninoises. Il se compose de 10 maisons familiales qui peuvent accueillir jusqu'à 100 enfants, d'un bâtiment administratif, de la maison du directeur, d'une maison pour les aides familiales, d'une salle polyvalente, d'un local communautaire faisant aussi cantine pour les enfants scolarisés dans les structures annexes, construites aussi dans l'enceinte du village.

Le jardin d'enfants, inauguré en même temps que le village, a une capacité d'accueil de 50 enfants. Son bâtiment comprend deux salles de classe, une classe supplémentaire prévue pour le soutien individuel des enfants en difficulté et un terrain de jeux, commun avec l'école primaire SOS Hermann Gmeiner, avec des petites huttes rondes pour que les enfants puissent jouer et un terrain de football. L'école primaire SOS Hermann Gmeiner est en service, elle aussi, depuis octobre 1999. Elle se compose de six salles de classes, d'un bâtiment administratif, d'une classe pour les enfants en difficulté scolaire, d'une bibliothèque et d'ateliers divers pour les activités pratiques.


Actuellement, elle peut recevoir jusqu'à 210 élèves. Il existe aussi, dans le cadre du programme d'insertion des enfants dans la vie civile et professionnelle, un foyer de jeunes afin de les guider sur la voie de l'indépendance. Mis en service en octobre 2003, il donne la possibilité aux jeunes de vivre de façon semi indépendante avec un accompagnement socio pédagogique quotidien.

Enfin, un centre social SOS, déjà en activité depuis juin 2004, a pour mission d'accompagner les personnes malades du sida ainsi que leur famille (et particulièrement leurs enfants). Le centre social peut prendre en charge 100 enfants issus de familles en difficulté. Il offre aux populations avoisinantes des prestations de sensibilisation à la maladie. Il fournit aussi aux personnes et aux familles touchées par le virus des aliments ainsi que des aides financières et matérielles (telles que des bourses scolaires pour les enfants ainsi que des dons ponctuels de matériel scolaire et d'uniformes).