Village d'enfants SOS Bujumbura

Bujumbura se trouve à l'ouest du pays sur le lac de Tanganyika et est, avec 60 000 habitants, la plus grande ville du Burundi. Le Burundi, dont le passé est lourd en conflits ethniques, porte en lui les stigmates d’un pays meurtri et sa situation socio-économique nécessite une aide humanitaire ponctuelle, efficace et durable.

Entre 1992 et 2002, on a pu observer que la pauvreté dans le pays augmentait de façon inquiétante. La situation des ménages y est précaire et la pauvreté des familles préoccupante. Les familles, pour la plupart nombreuses, sont premières victimes civiles des instabilités politiques et ne peuvent subvenir aux besoins de tous leurs enfants qui sont, le plus souvent, livrés à eux-mêmes.

Le village d'enfants SOS de Bujumbura, construit à Nyakabiga, un quartier de la capitale du même nom, se compose de 13 maisons familiales et peut accueillir près de 130 enfants. L’enceinte du village se compose de la maison du directeur, d'un bâtiment administratif et d’une maison pour les tantes SOS (qui sont, non seulement des futures mères SOS en formation, mais aussi une aide précieuse pour chacune des mères SOS en activité).

Le jardin d'enfants SOS, construit et inauguré en même temps que le village est également ouvert aux enfants du voisinage. Sa capacité d’accueil est de 150 enfants. Il se constitue de 7 salles de classe, d’un dépôt et d’une cuisine servant pour les activités comme pour les repas. Deux écoles furent construites aussi dans l’enceinte du village SOS. La première, l’école primaire Hermann Gmeiner, mise en service dès 1985, peut prendre en charge 432 élèves. Elle se constitue de 12 salles de classe, d’un bloc administratif mais surtout d’un hall, permettant d’y organiser toutes les manifestations en rapport avec l’établissement scolaire.

La deuxième, l’école secondaire Hermann Gmeiner, fut ouverte en septembre 1997. Elle a une capacité d’accueil de 500 enfants. Elle se compose de 17 salles de classe, d’un bloc administratif, d’une salle d’ordinateurs, d’un laboratoire de biologie, de chimie et de physique, d’une bibliothèque, d’une salle polyvalente (pour les diverses activités internes à l’école), d’une cuisine, d’un gymnase et, enfin, d’un internat qui peut héberger jusqu’à 160 étudiants.

En 1992, on inaugurait aussi un centre médical SOS dans l’optique d’offrir aux populations un suivi médical efficace ou de promouvoir diverses actions de prévention à un niveau local. Celui-ci dispose de 5 salles de traitements avec lits. Elle se constitue aussi de 2 salles d’auscultations, de 3 salles de traitements et d’un bloc de réception et d’administration. Depuis sa mise en service, il réussit à traiter jusqu’à 1400 patients par mois.