Village d'enfants SOS Bhopal

photo:
photo: Archives SOS
 
L'action de SOS Villages d'Enfants dans l'Etat indien du Madhaya Pradesh commença en 1987, trois ans après le terrible accident de gaz toxique dans la ville de Bhopal au cours duquel de nombreux enfants perdirent leurs parents. Ces enfants ne sont cependant pas les seuls de la région à avoir besoin d'aide. En 1989, les premières familles purent s'installer dans le village d'enfants SOS de Bhopal, situé à 8 km du centre ville. Un marché, une école et un hôpital se trouvent à proximité du village. Le village d'enfants SOS est composé de 16 maisons familiales, d'une salle polyvalente, de quelques bâtiments administratifs et de logements pour le personnel. Les enfants peuvent courir et s'amuser sur le terrain de jeux.

Le village d'enfants SOS comprend un jardin d'enfants SOS et une école Hermann Gmeiner. Ces deux installations sont aussi ouvertes à la population des environs. L'école compte sept classes et propose une éducation primaire à près de 120 enfants.

Le foyer de jeunes SOS de Bhopal a ouvert ses portes en 1999. Les jeunes gens quittent en général le village pour un foyer de jeunes quand ils commencent leur formation professionnelle ou leurs études secondaires. Aidés par des éducateurs, les jeunes développent des chances réalistes pour leur avenir, apprennent à prendre des responsabilités et à décider par eux-mêmes. Leur esprit d'équipe est encouragé ainsi que leur adaptabilité à créer des liens avec leurs familles ou des amis ainsi qu'avec les autorités compétentes et d'éventuels employeurs.

En 2002, SOS Villages d'Enfants Inde a lancé ses programmes de renforcement des familles à Bhopal. Ces derniers sont destinés à soutenir des familles risquant d'abandonner leurs enfants et à les encourager à rester ensemble. SOS Villages d'Enfants travaille pour cela avec les autorités locales et les prestataires de service. Le programme de renforcement des familles de Bhopal fournit un soutien en matière d'alimentation, d'éducation et de santé, et propose aussi une formation professionnelle et des séances d'orientation professionnelle. Les familles sont mises en contact avec des groupes d'entraide existants et, s'il n'y a pas de groupe, on en forme un nouveau. Le centre social SOS s'efforce également de sensibiliser aux questions d'hygiène et de droits de l'enfant, et d'améliorer les capacités parentales.