Togo

Le sort tragique d'enfants au nord du Togo, rejetés parce qu'ils portent malheur suivant la croyance traditionnelle, incita une religieuse alsacienne à contacter SOS-Kinderdorf International au début des années 70.

Suite à une visite de Hermann Gmeiner au Togo, un accord gouvernemental put être signé en octobre 1976. Simultanément, les autorités firent cadeau de deux terrains à l'organisation: l'un dans la capitale Lomé, l'autre dans la ville provinciale de Kara, à environ 420 km au nord de Lomé. C'est ainsi que les villages d'enfants SOS de Lomé et de Kara virent le jour entre 1976 et 1979.

En avril 1984, l'association nationale SOS Villages d'Enfants Togo fut créée. Le village d'enfants SOS de Kara, qui comprenait à l'origine cinq maisons familiales et une école primaire, fut habité par les premiers enfants en septembre 1979.

Jusqu'en 1982 vinrent s'y ajouter cinq autres maisons familiales, un jardin d'enfants SOS, un bâtiment scolaire de six classes pour l'école primaire ainsi qu'un centre de protection maternelle et infantile SOS avec un service de premier secours et un laboratoire. Le village d'enfants SOS Lomé avec jardin d'enfants annexé ouvrit ses portes en novembre 1979. A partir de 1986, des foyers de jeunes de même que divers programmes d'autonomisation destinés aux jeunes SOS furent mis en place à Kara et à Lomé.

En 1992/93, une grave crise politique et économique causée par une grève générale d'environ dix mois ébranla le pays. Le Togo ne s'en est pas encore remis à ce jour. C'est la raison pour laquelle SOS Villages d'Enfants Togo a soutenu au cours des dernières années, et en particulier en 1994, l'année internationale de la famille, des projets visant à développer les environs des villages d'enfants SOS, par exemple par la construction de maisons, par des campagnes de vaccination, par des programmes scolaires ou une aide au démarrage pour les petites entreprises.

La population des environs apprécie particulièrement les institutions annexes à Kara, autrement dit l'école, la ferme et le centre médical, qui représentent une aide précieuse pour les habitants des provinces septentrionales éloignées. En juillet 2005, la construction d'un troisième village d'enfants SOS avec un jardin d'enfants, une école SOS-Hermann-Gmeiner et un centre social a débuté dans la ville de Dapaong, au nord du pays. Le nouveau village d'enfants SOS a ouvert ses portes en 2007 et peut accueillir 120 enfants.

Il y a actuellement au Togo trois villages d'enfants SOS, deux foyers de jeunes SOS, trois jardins d'enfants SOS, deux écoles SOS Hermann Gmeiner, un centre SOS de formation professionnelle, quatre centres sociaux SOS et un centre médical SOS.