Reconstruire Haïti: les enfants d'abord!

Une coalition d'organisations d'aide à l'enfance et de gouvernements concernés a organisé une rencontre parallèle à la "Conférence Internationale des Donateurs vers un Nouveau Futur pour Haïti" qui doit avoir lieu aux Nations unies (New York) le 31 mars.

Cette rencontre, intitulée "Un Haïti pour les enfants", se tiendra le 30 mars à l'UNICEF (New York) et vise à attirer l'attention du monde sur les besoins à long terme des enfants et des familles d'Haïti. "C'est à travers les enfants et familles les plus vulnérables que l'on mesurera la réussite de la reconstruction d'Haïti après le tremblement de terre de janvier", a déclaré Celigny Darius, le directeur national de SOS Villages d'Enfants Haïti qui représentera SOS Villages d'Enfants lors de la rencontre du 30 mars.

"Les Haïtiens, la société civile et la communauté internationale doivent s'unir pour protéger les enfants et les familles que le séisme a rendu vulnérables. Personne ne peut le faire tout seul", ajoute-t-il.

La protection de l'enfance est depuis longtemps un sujet de préoccupation à Haïti et le séisme a rendu encore plus vulnérables les enfants qui ont été séparés de leur famille ou qui l'ont perdue. Tandis que les dirigeants mondiaux se rassemblent pour aider à la reconstruction du pays, la communauté internationale est prête à mobiliser des ressources et des partenaires afin de mettre en place des stratégies visant à renforcer les systèmes de protection des enfants. Cet objectif est l'une des priorités présentées par le Mouvement Mondial en Faveur des Enfants - Amérique Latine dans son communiqué "Un Haïti pour les Enfants et les Jeunes".

SOS Villages d'Enfants International appelle à l'application des Lignes directrices relatives à la protection de remplacement pour les enfants afin de garantir que tous les enfants vulnérables et leur famille soient au cœur des priorités dans le processus de reconstruction d'Haïti:

  • S'assurer que tous les efforts sont faits pour enregistrer les enfants non accompagnés et séparés et pour leur permettre de retrouver leur famille.
  • Assurer une prise en charge provisoire de qualité pendant cette phase de recherche de la famille qui pourrait, dans certains cas, prendre des mois voire des années. Les centres d'hébergement devront être des mesures temporaires, le temps qu'une prise en charge de type familial puisse être mise en place.
  • Développer un système complet de protection de l'enfance afin de garantir que les programmes, les politiques et les procédures existent pour protéger tous les enfants en situation de vulnérabilité, en particulier les enfants vivant sans prise en charge et protection de leur famille.
  • Porter une attention urgente et mettre en place des ressources pour protéger les enfants du trafic.
  • Mener un travail social et établir des systèmes de prise en charge des enfants voués à soutenir et renforcer les familles afin qu'elles s'occupent d'eux, mais également offrir un éventail de prises en charge alternatives de qualité pour les enfants qui ne peuvent pas vivre avec leur famille ou qui l'ont perdue.

"La pauvreté est un problème de fond à Haïti et nous devons tout faire pour nous assurer que si une action est entreprise, elle l'est dans l'intérêt supérieur de l'enfant. C'est ce principe qui doit nous guider", a déclaré Patricia Vargas, directrice régionale de SOS Villages d'Enfants pour la région Amérique centrale et Caraïbes, qui a dirigé la réponse initiale de SOS Villages d'Enfants à Haïti et a également joué un rôle actif dans des réseaux d'ONG, avec l'UNICEF et le gouvernement haïtien, afin d'unir les actions pour renforcer les processus de réunification des familles.

Celigny Darius conclut: "Il faudra des années pour reconstruire notre pays. Nous, les travailleurs sociaux, les collaborateurs et les membres du conseil de SOS Villages d'Enfants Haïti sommes Haïtiens, c'est aussi chez nous, c'est aussi notre avenir. Cela fait plus de 30 ans que nous agissons au niveau local et nous continuerons à soutenir les enfants et les familles sur le long terme. C'est pour cela que je lance un appel à tous, pour que vous nous apportiez un maximum de soutien afin de reconstruire Haïti, pas seulement à court terme mais dans les semaines, les mois et les années à venir. Travaillons ensemble pour reconstruire notre pays - pour les enfants."