République centrafricaine

La République centrafricaine, située au coeur de l'Afrique, fait aujourd'hui partie des pays les moins développés de tout le continent et est caractérisée par une mortalité infantile élevée, une espérance de vie réduite et un taux d'analphabétisme important.

La population est essentiellement concentrée au sud-ouest du pays, la capitale Bangui, avec environ un cinquième de la population totale, représentant la plus grande zone urbanisée. La misère qui y règne incita M. Knieper, un juriste allemand du Ministère de la planification de l'époque, à faire réaliser une étude pour déterminer le besoin en villages d'enfants SOS en 1981, à la suite de l'effondrement de l'empire centrafricain. A la fin des années 80, un accord de coopération fut finalement signé avec le gouvernement.

En 1990, la première pierre du premier village d'enfants SOS du pays put être posée dans la capitale Bangui, à la frontière avec le Congo. Les habitants emménagèrent dans le village deux ans plus tard. Une école SOS Hermann Gmeiner et un jardin d'enfants SOS, également accessibles aux enfants des environs, sont rattachés au village d'enfants SOS.

Un centre médical SOS fut créé en 1995 pour améliorer le suivi médical de la population avoisinante. En 1996, SOS Villages d'Enfants commença à assurer l'encadrement des jeunes adultes SOS à Bangui, pour les soutenir sur la voie de l'autonomie par un encadrement ciblé et des activités de conseil.

Entre 1997 et 2001, il y eut régulièrement des troubles politiques qui se répercutèrent sur l'action de SOS Villages d'Enfants. Ainsi, le village d'enfants SOS dut être entièrement évacué à l'été 2001 en raison d'une tentative de putsch, mais put toutefois rouvrir tout juste un mois plus tard.

A partir de 2004, SOS Villages d'Enfants Centrafrique entreprend différentes mesures pour atténuer la détresse de la population, en particulier celle des personnes touchées par le VIH/sida, par exemple en fournissant des aliments, des médicaments, en payant les frais d'inscription à l'école ou en mettant sur pied des projets d'entraide.