Panama

L'action de SOS Villages d'Enfants dans le pays

Les premiers contacts entre l'épouse du Président de l'époque, Mme Adela de Royo, et SOS-Kinderdorf International purent être noués au début des années 80 par l'intermédiaire de M. Nils Peter Siegers, dans le but de concrétiser un village d'enfants SOS en tant que modèle d'encadrement à long terme d'enfants orphelins au Panamá. En sa qualité de représentant de SOS Villages d'Enfants, M. Heinrich Müller se chargea de la mise en oeuvre de cette tâche en coopération avec des représentants des services d'assistance sociale étatiques (DINFA). Grâce au soutien d'un groupe de Panaméens et d'étrangers enthousiasmés par l'idée de Hermann Gmeiner, SOS Villages d'Enfants obtint son statut de personnalité juridique au Panamá en 1981 avec la création de l'association SOS Villages d'Enfants nationale. La même année, les travaux de construction du premier village d'enfants SOS au Panamá furent commencés à l'extrémité nord-ouest de la capitale, Panamá. Le village vit le jour sur l'un des premiers terrains restitués au Panamá en raison du Traité Carter-Torrijos (1977), réglant les droits de souveraineté du canal de Panamá et de la zone du canal. Son inauguration solennelle par Hermann Gmeiner eut lieu le 20 avril 1982, le jour de la mise en service du village d'enfants SOS. 

La situation politique et l'aggravation des conflits avec le principal partenaire commercial du Panamá, les Etats-Unis, plongèrent le pays dans une crise socio-économique au milieu des années 80. Il arrivait fréquemment que le père et la mère soient obligés de travailler tous les deux pour subvenir aux besoins de la famille, les mères célibataires devaient s'installer dans les agglomérations urbaines pour trouver du travail, une situation dont souffraient surtout les enfants et les jeunes désormais privés d'un encadrement approprié, voire abandonnés. SOS Villages d'Enfants a réagi à cette situation, qui perdure jusqu'à aujourd'hui, en créant d'autres villages d'enfants SOS et des institutions d'encadrement complémentaires dans les décennies qui ont suivi. Dans le cadre du 10ème sommet ibéro-américain à Panamá le 18 novembre 2000, de nombreuses épouses de président et de chancelier visitèrent le village d'enfants SOS de la capitale. Par cette visite, dont la presse se fit l'écho dans le monde entier, les hôtes, parmi lesquels se trouvaient Mme Mireya Moscoso, l'ancienne Présidente du Panamá et la Reine Sofia d'Espagne, exprimèrent leur engagement en faveur des générations de demain et leur estime pour l'action de SOS Villages d'Enfants.

Il y a actuellement au Panamá trois villages d'enfants SOS, trois foyers de jeunes SOS et un centre SOS de formation professionnelle.