Pakistan

Après plusieurs visites au village d'enfants SOS népalais de Sanothimi, Mme Attiya Inayatullah, l'épouse de l'Ambassadeur du Pakistan au Népal - qui allait devenir Ministre des Affaires Sociales et de la Femme au Pakistan - prit l'initiative de concrétiser l'idée des villages d'enfants SOS dans sa patrie, le Pakistan, en 1975.

La même année, sa soeur, Mme Souriya Anwar, fut chargée de la mise en place d'une association SOS Villages d'Enfants pakistanaise, qu'elle préside jusqu'à aujourd'hui. En même temps, le premier projet, un village d'enfants SOS dans la ville de Lahore, fut commencé. De longues années de guerre civile et d'affrontements guerriers autour de la région disputée du Cachemire avaient marqué l'histoire du jeune pays.

Pour cette raison, de nombreux habitants du Pakistan avaient sombré dans une grande misère sociale, les enfants étant particulièrement touchés. Quelques-uns d'entre eux trouvèrent un nouveau foyer en 1977 dans le village d'enfants SOS de Lahore, qui fut achevé au bout de deux ans de travaux de construction.

Les écoles SOS Hermann Gmeiner fournissent une contribution importante à l'éducation des jeunes dans ce pays où le taux d'analphabétisme est encore de 70%, malgré les efforts de l'Etat. La première institution de ce genre, qui fut mise en service en 1989 dans le village d'enfants SOS de Lahore, est aussi accessible aux enfants et aux jeunes des environs.

C'est aussi à Lahore que le premier foyer de jeunes SOS, où les jeunes sont encadrés sur la voie de l'autonomie et soutenus pendant la recherche d'un travail, fut ouvert en 1986. Depuis 1998, les jeunes peuvent aussi fréquenter un centre SOS de formation professionnelle à Abbottabad et y suivre une formation technique.

En raison des inondations de 1989, un programme d'assistance à la population rurale fut mis sur pied en 1990 dans le district de Kasur, en coopération avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

En 2001, SOS Villages d'Enfants prit la direction d'un centre de protection maternelle et infantile auparavant dirigé par les autorités dans le nord-ouest du pays, coupé du reste du Pakistan, afin d'assurer le suivi médical de la population dans cette région montagneuse.

La situation politique s'étant détériorée et les problèmes de sécurité subsistant dans la province de la Frontière du Nord-Ouest, il devint de plus en plus difficile de garder le personnel et il fut décidé de fermer l'institution en octobre 2007.  

En raison de l'intervention militaire en Afghanistan, le pays voisin, commencée en octobre 2001 suite aux attentats de New York, il y eut une vague de réfugiés vers le Pakistan. Un programme d'aide d'urgence SOS fut aussitôt mis en place. Son objectif prioritaire est l'établissement d'une infrastructure scolaire et médicale et la création d'aires de jeu sûres pour les enfants dans les camps de réfugiés.

De plus, le centre médical SOS de Peshawar fournit une contribution importante au suivi médical des personnes devenues apatrides. Le rapatriement des réfugiés afghans a marqué, en mars 2007, la fin de ce programme d'aide d'urgence.

Le 8 octobre 2005, un tremblement de terre a causé d'énormes dégâts dans le nord du Pakistan, ainsi qu'en Afghanistan et dans le nord de l'Inde. Ce séisme est la plus grande catastrophe naturelle qu'ait connue le Pakistan.

Selon les chiffres du gouvernement, 73 000 personnes sont mortes et plus de 2,8 millions ont perdu leur foyer. On estime à 2,3 millions le nombre de personnes ne disposant pas d'une alimentation suffisante.

Tout de suite après la catastrophe, SOS Villages d'Enfants Pakistan a lancé un autre programme d'aide d'urgence, prévoyant la distribution de biens humanitaires aux personnes touchées, l'installation d'un hôpital de campagne et un abri sûr ainsi qu'une prise en charge pour les enfants orphelins et les femmes vulnérables, qu'elles aient des enfants ou non. SOS Villages d'Enfants Pakistan est la seule organisation autorisée par le gouvernement à prendre en charge des orphelins du Cachemire.