La fièvre du football dans les villages d'enfants SOS d'Afrique du sud

ous les enfants et jeunes des villages d'enfants SOS d'Afrique du sud (comme du pays entier, si ce n'est de tout le continent Africain) attendent avec impatience le début de la Coupe du Monde FIFA 2010. Il y aura toute une série d'événements importants au cours de la Coupe du Monde.

Les équipes nationales, les joueurs, des acteurs du milieu sportif et des hommes politiques d'un grand nombre de pays ont annoncé qu'ils se rendraient dans l'un des huit villages d'enfants SOS d'Afrique du sud, et les enfants pourront aller rencontrer certaines des équipes sur leur lieu d'entraînement. Et pour couronner le tout, les enfants et les jeunes de SOS Villages d'Enfants recevront des tickets gratuits pour aller assister aux matchs de la Coupe du Monde.

Il y a quatre ans, la Coupe du Monde en Allemagne a été un événement fantastique pour SOS Villages d'Enfants en tant que partenaire social de la FIFA. Dans le cadre de l'opération "6 villages pour 2006", la plus grande campagne caritative officielle jamais menée au cours d'une Coupe du Monde, 21 millions d'euros ont été collecté entre 2003 et 2006. Grâce à cela, six nouveaux villages d'enfants SOS ont pu être construits pour quelque 800 enfants, ainsi que des écoles, des crèches, et des programmes de renforcement de la famille; cette somme va aussi couvrir les frais de fonctionnement pendant 10 ans. L'un de ces six villages est situé à Rustenburg, en Afrique du sud, et il accueille maintenant 100 enfants. Cette somme a également permis de réaliser des projets au Mexique, au Brésil, au Nigéria, au Vietnam et en Ukraine.

Des stars du football dans les villages d'enfants SOS

Il semblerait que la fièvre du football a particulièrement enflammé les enfants et les jeunes de Rustenberg, mais pour cette Coupe du Monde qui a lieu dans leur propre pays est aussi le principal sujet de conversation des enfants des villages SOS et des familles des programmes de renforcement de la famille de Mamelodi, Nelspruit, Ennerdale, Pietermaritzburg, Mthatha, Cape Town et Port Elizabeth. Une effervescence qui a augmenté avec l'annonce de la visite de personnalités célèbres. Par exemple, le village d'enfants de Mamelodi attend l'équipe nationale hollandaise le 17 juin. Des stars mondiales comme Arjen Robben et Wesley Sneijder joueront un match avec les enfants du village et du voisinage. Le village d'enfants SOS d'Ennerdale aura la chance d'accueillir l'équipe nationale suisse accompagnée de leur entraîneur allemand, Ottmar Hitzfeld. L'ancien footballeur luxembourgeois Roby Langers, qui fait partie des quelque 100 ambassadeurs "FIFA pour SOS Villages d'Enfants" (avec entre autres Ruud van Nistelrooy, Wayne Rooney, Fabio Cannavaro, Lucas Radebe and Samuel Eto'o) se rendra dans le village d'enfants SOS de Cape Town, et le ministre des sports luxembourgeois ira aussi à Ennerdale ou Mamelodi. Le village de Rustenburg attend la visite le 24 juin de la princesse Takamado du Japon, qui honorera la "Coupe du Monde des villages 2006" lors de la préparation du match entre le Japon et le Danemark, tout comme d'autres importants représentants politiques d'Afrique du sud et du Japon. D'autres visites d'équipes nationales sont en préparation.

Le pouvoir social du football

Les enfants et les jeunes qui auront la chance de pouvoir assister à un match dans l'un des neuf stades n'oublieront jamais la Coupe du Monde dans leur pays. Parmi eux, il y a quatre enfants du village SOS de Rustenburg et quatre enfants appartenant à des familles bénéficiant de programmes de renforcement de la famille de Rustenburg. C'est grâce à leurs bons résultats scolaires qu'ils font partie des quelques enfants qui pourront assister au match qui opposera l'Australie au Ghana. Les performances des enfants bénéficiant de programmes de renforcement de la famille sont d'autant plus impressionnantes qu'ils doivent travailler beaucoup plus uniquement pour aller à l'école, et qu'ils travaillent aussi pour aider leur famille. Pour ces enfants, le football est bien plus qu'un jeu de ballon.

Le football est populaire dans le monde entier. Et c'est pareil dans les villages d'enfants SOS de par le monde. Pour les enfants ayant une situation économique et sociale difficile, l'attrait charismatique du football va bien au-delà du sport en lui-même. Le football offre la possibilité de s'évader d'un quotidien difficile, même si ce n'est que l'espace d'un match. De même, ce jeu requiert une coopération sociale dans laquelle le fair-play, l'esprit d'équipe et la responsabilité sont des valeurs essentielles. Le football permet de révéler des talents et peut même, dans un scénario idéal, mener à une carrière. Il est bénéfique pour la coordination et le développement émotionnel, et dans le football, le statut ou l'histoire d'une personne n'importent pas. Le football peut planter les graines de l'espoir, ce n'est pas un sport coûteux et il crée des idoles qui peuvent encourager leurs fans à croire en eux-mêmes et en leurs capacités.

Comme l'a dit l'un des ambassadeurs FIFA/SOS les plus engagés, l'ancien capitaine de l'équipe d'Afrique du sud Lucas Radebe, lorsqu'on posa la première pierre du village de Rustenburg il y a cinq ans : "Avant, le football était LE sport de la population noire en Afrique du sud. C'était comme ça qu'on passait le temps. Ca a commencé comme un hobby, puis c'est devenu une carrière. Pour de nombreuses personnes, le football est aussi un moyen de se sortir de la pauvreté et de la violence des ghettos noirs. […] Vous pouvez tout faire si vous travaillez assez dur pour ça. Si vous vous concentrez à 100% sur ce que vous voulez réaliser, vous réussirez". 

SOS Villages d'Enfants aide des milliers d'enfants en Afrique du sud


Lucas Radebe sait de quoi il parle, et il sait aussi à quel point il est dur de sortir de la pauvreté, de l'impuissance et de la violence. Après l'abolition de l'apartheid il y a 16 ans, l'Afrique du sud a connu un boom économique important. Mais pour la majorité des gens, la vie est loin d'être facile. En 2009, le taux de chômage avoisinait les 23,6% selon la Banque Mondiale. Il y a un fossé énorme entre riches et pauvres. Comme beaucoup d'autres pays Africains, l'Afrique du sud est également sérieusement touchée par le VIH/sida. En 2009, 17% des Africains du sud âgés de 15 à 49 ans avaient le sida. Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), cette maladie est devenue la principale cause de mortalité en Afrique du sud, y compris pour les enfants.  

SOS Villages d'Enfants connaît les problèmes du pays depuis environ 30 ans. Le premier village a été ouvert en 1982, à Ennerdale (à 30 kilomètres de Johannesburg), avant l'abolition de l'apartheid. C'était un premier pas, car les besoins étaient aussi importants dans de nombreuses autres provinces. Mais c'est seulement après la fin de l'apartheid que les activités de SOS Villages d'Enfants ont été les bienvenues et qu'elles ont été soutenues par les pouvoirs politiques.

Le président Nelson Mandala et l'archevêque Desmond Tutu faisaient partie des plus fervents partisans. Aujourd'hui, il existe 33 institutions en Afrique du sud (huit villages d'enfants SOS, des foyers pour jeunes, des crèches, une école et des centres sociaux qui offrent un véritable soutien aux familles de nombreuses communautés). En tout, SOS Villages d'Enfants aide environ 6650 enfants en Afrique du sud.

Après la fin de l'apartheid, l'archevêque Desmond Tutu a émis le souhait que le pays soit reconstruit comme une "nation arc-en-ciel" dans laquelle tous les groupes ethniques, les tribus et les cultures vivraient en harmonie. Ce concept de "nation arc-en-ciel", c'est une réalité pour SOS Villages d'Enfants. Peut-être la Coupe du monde 2010 permettra-t-elle les Africains du sud de faire un grand pas vers ce but…

La FIFA et SOS Villages d'Enfants

C'est dans ce contexte que le sport est devenu une lumière d'espoir pour les enfants dans le besoin et c'est pour créer un lien actif entre le sport et la responsabilité sociale que la fédération mondiale de football (la FIFA) et SOS Villages d'Enfants ont établi leur partenariat en 1995. A travers cette coopération, de nombreux projets et campagnes à travers le monde ont été réalisés pour SOS Villages d'Enfants, culminant avec la campagne "6 villages pour 2006" dans le cadre de la coupe du monde 2006 en Allemagne. Plus de 100 footballeurs ont joué (et jouent encore) le rôle d'ambassadeurs FIFA/SOS (volontairement qui plus est).