Haïti : Les 33 orphelins ont retrouvé leurs parents

Ils étaient arrivés au village SOS le 30 janvier. En effet, suite à l'arrestation des 10 américains qui avaient tenté de faire franchir la frontière à 33 enfants sans papiers d'identité dans des conditions troubles, SOS Villages d'Enfants s'était vu confier la garde temporaire des petits Haïtiens par la principale organisation gouvernementale pour la protection de l'enfance, l'Institut du Bien-Etre Social et de la Recherche (IBERS).

Après une longue procédure de vérification engagée par l'IBERS, les enfants âgés de 4 mois à 12 ans vont enfin pouvoir rentrer chez eux.

 "Il s'est avéré que les 33 enfants sans exception ont encore de la famille. SOS Villages d'Enfants est convaincu que, dans la majorité des cas, la famille est la mieux placée pour s'occuper et protéger les enfants et que la pauvreté et le manque de moyens ne doivent en aucun cas être un prétexte pour séparer les enfants de leur famille. Nous soutenons fermement la décision des autorités haïtiennes de réunir ses enfants et leurs familles biologiques", a déclaré Celigny Darius, le directeur national de SOS Villages d'Enfants d'Haïti.
Pendant toute la durée de leur séjour, les 33 enfants accueillis dans différents foyers ont participé à la vie quotidienne du village SOS. Les frères et sœurs SOS et leurs cousins ont vécu ensemble sous le même toit et tous ont bénéficié de soins médicaux et du soutien des psychologues et des travailleurs sociaux SOS.

 "Je me suis fait des bons copains ici et j'ai joué au foot avec plaisir, mais ma mère me manque et je suis content de rentrer à la maison" explique Michael, 9 ans.

 "Cette affaire a mis en exergue les risques de séparation dans les situations d'urgence, quand des familles sans ressources ne voient pas d'autre issue que de se séparer de leurs enfants. Même avant le séisme, beaucoup de familles en Haïti risquaient d'être séparées, parce que trop pauvres. Malheureusement, l'accès aux soins médicaux, à la nourriture, à l'eau potable, à un toit et à d'autres services étant plus limité que jamais, la situation des enfants reste très fragile. Les mesures d'aide doivent impérativement se concentrer sur la prévention de la séparation et faire en sorte que les familles aient accès aux services de base", poursuit Celigny Darius.

Les parents ont pu rendre visite à leurs enfants, et après des enquêtes et des visites en bonne et due forme, SOS Villages d'Enfants pourra joindre ses efforts à ceux de  l'IBERS et de l'Unicef pour, le cas échéant, aider et renforcer les familles.

Plus de 400 enfants non-accompagnés et orphelins ont été recueillis au village d'enfants SOS de Port-au-Prince depuis le tremblement de terre. Tous seront recensés dans une base de données nationale afin de faciliter la recherche des familles. Mi-mars, SOS Villages d'Enfants avait contribué à réunir 65 enfants et leurs familles.

Par ailleurs, le programme d'aide d'urgence de SOS Villages d'Enfants d'Haïti a constitué des comités communautaires pour la préparation et la distribution de 12 500 repas par jour aux enfants des quartiers de la capitale touchés par le séisme. Il participe aussi activement à des réseaux d'ONG qui viennent en aide aux enfants défavorisés.