Ghana

L'action de SOS Villages d'Enfants dans le pays

Le triste sort des enfants rejetés par leur famille pour des raisons de croyance traditionnelle incita les assistantes sociales Mmes Alice Appea ("Grandma Alice") et Busia, belle-soeur du Premier ministre du Ghana de l'époque, à agir et à oeuvrer pour ces enfants en détresse. Pendant une visite en Norvège en 1969, Mme Busia découvrit par hasard l'action de SOS Villages d'Enfants. Par la suite, elle contacta Hermann Gmeiner, le fondateur des villages d'enfants SOS, en Autriche et lui demanda de construire un village d'enfants SOS au Ghana.

Grâce à l'engagement des deux assistantes sociales, il fut possible de fonder l'association SOS Villages d'Enfants Ghana dès 1970. En 1971, SOS Villages d'Enfants obtint un grand terrain à Tema, à environ 35 km de la capitale Accra, pour y créer un village d'enfants SOS et diverses institutions complémentaires. C'est ainsi que le village d'enfants SOS Tema, qui comprenait cinq maisons familiales au début, vit le jour entre 1972 et 1974. Les 20 premiers enfants, quatre mères SOS et Mme Alice Appea, la première directrice du village, purent emménager dans le village en juin 1974.

Au cours des années, le village d'enfants SOS Tema fut agrandi continuellement et comprend aujourd'hui 15 maisons familiales et plusieurs institutions complémentaires, surtout dans le domaine de l'éducation et de la formation professionnelle, à savoir un jardin d'enfants SOS, une école primaire et secondaire SOS Hermann Gmeiner, un centre SOS de formation professionnelle et un collège international SOS Hermann Gmeiner. Ces établissements accueillent aussi bien les enfants du village d'enfants SOS que quelque 1 100 écoliers des environs de Tema.

Le collège, une école secondaire supérieure, fut créé en 1990 et est fréquenté par les jeunes SOS particulièrement doués de toute l'Afrique ainsi que par des jeunes Ghanéens externes. La fin des études y est sanctionnée par un baccalauréat reconnu au niveau international qui permet de faire des études dans quasiment toutes les universités du monde. Lorsque les premiers jeunes sortirent du village d'enfants SOS Tema, en 1986, les premiers foyers de jeunes furent aménagés et des programmes d'aide au démarrage mis en place.

En raison des grands besoins en institutions d'encadrement pour les enfants abandonnés et orphelins, un deuxième village d'enfants SOS fut construit au Ghana entre 1989 et 1992, plus précisément à Asiakwa, dans une région très rurale, à environ 100 km au nord-est de la capitale Accra.

A partir de 2004, SOS Villages d'Enfants Ghana a lancé un programme de renforcement des familles sur tous les sites de villages d'enfants SOS. L'objectif de ces programmes est de permettre aux enfants qui risquent de perdre leurs familles de rester avec elles. Pour ce faire, SOS Villages d'Enfants Ghana travaille directement avec les familles et les communautés concernées pour renforcer leurs compétences afin qu'elles puissent s'occuper au mieux des enfants et les protéger. Ce travail de prévention est organisé en coopération avec les autorités locales et d'autres partenaires.

Les activités proposées par le programme sont par exemple la distribution de denrées alimentaires, de médicaments, le paiement de frais de scolarité, la création de projets d'entraide.
En raison des besoins importants en placement de prise en charge de type familial, quatre maisons familiales sont venues agrandir le village d'enfants SOS d'Asiakwa.

De fortes pluies ont causé des inondations catastrophiques à l'automne 2007 dans le nord du pays. SOS Villages d'Enfants Ghana a apporté son soutien avec un programme d'aide d'urgence et a fourni à la population concernée des denrées alimentaires ainsi que du ciment et de quoi recouvrir les toits.

SOS Villages d'Enfants n'était jusqu'alors présent quand dans le sud du Ghana mais le nombre d'enfants délaissés est également important dans d'autres régions du pays. Kumasi, au centre, est une ville commerciale importante et attire par conséquent de nombreux habitants. Les conséquences sont une explosion démographique, une paupérisation grandissante et l'abandon des enfants. C'est pourquoi SOS Villages d'Enfants Ghana a décidé de construire dans cette ville le troisième village d'enfants SOS du pays.

Il y a actuellement au Ghana deux villages d'enfants SOS, deux foyers de jeunes SOS, deux jardins d'enfants SOS, cinq écoles SOS Hermann Gmeiner, un centre SOS de formation professionnelle, quatre centres sociaux SOS et deux centres médicaux SOS. un village d'enfants SOS est en construction, un village d'enfants SOS supplémentaire est prévu.