Bolivie

L'action de SOS Villages d'Enfants dans le pays

Lorsque Hermann Gmeiner, le fondateur de SOS Villages d'Enfants, visita la Bolivie en 1968, la religieuse autrichienne Consolata Winkler s'adressa à lui en lui demandant de reprendre l'orphelinat "Gota de Leche", et de le transformer en village d'enfants SOS. Ce dernier avait été construit par les soeurs franciscaines de Hallein au début du XXe siècle à Cochabamba, la troisième ville de Bolivie. Gmeiner approuva cette proposition, les installations furent transformées et les travaux de construction débutèrent la même année.

Aujourd'hui, le village d'enfants SOS de Jordan, à Cochabamba, comprend, outre dix maisons familiales, un jardin d'enfants SOS, plusieurs foyers de jeunes SOS ainsi qu'un centre SOS de formation professionnelle dans le domaine de la transformation alimentaire. La période entre 1964 et le début des années 80 fut marquée par de nombreux putschs militaires, qui entraînèrent la misère et la détresse sociale de la population, touchant particulièrement les enfants, les membres les plus faibles de la société. Pour cette raison, SOS-Kinderdorf International décida de construire d'autres villages d'enfants SOS avec jardins d'enfants annexés.

Le premier foyer de jeunes SOS, où les jeunes se préparent à une vie autonome, fut mis en service à Cochabamba en 1975. Des écoles SOS Hermann Gmeiner et des centres SOS de formation professionnelle, accessibles aussi bien aux enfants des villages d'enfants SOS qu'à ceux des environs, furent créés en raison du taux d'analphabètes élevé en Bolivie. Les centres sociaux SOS construits à partir de 1988 prennent en charge pendant la journée les enfants de couples qui travaillent et de mères célibataires des environs et assurent leur suivi médical, afin d'aider les familles à améliorer leurs conditions de vie.

SOS Villages d'Enfants a lancé en 1989 des programmes de renforcement des familles. L'objectif de ces programmes est de permettre aux enfants qui risquent de perdre leurs familles de rester avec elles. Pour ce faire, SOS Villages d'Enfants travaille directement avec les familles et les communautés concernées pour renforcer leurs compétences afin qu'elles puissent s'occuper au mieux de leurs enfants et les protéger. Ce travail de prévention est organisé en coopération avec les autorités locales et d'autres partenaires.

Un grave tremblement de terre ébranla le district de Cochabamba le 22 mai 1998. De nombreux habitants se retrouvèrent sans abri et dépendirent d'une aide rapide. SOS Villages d'Enfants Bolivie réagit immédiatement et organisa un programme d'aide d'urgence SOS. Dans le cadre de ce programme, des denrées alimentaires, des vêtements, des couvertures et des médicaments furent distribués dans la région touchée. Six centres sociaux SOS provisoires encadrèrent les enfants - devenus en partie orphelins - et aidèrent les familles à reconstruire leur maison.

En février 2008 des pluies violentes provoquées par le phénomène climatique ''la Niña'' se sont abattues sur l'état de Beni causant des inondations et des glissements de terrain. Comme l'année précédente, SOS Villages d'Enfants a mis en place des centres d'aide temporaires pour les enfants. Ces centres ont également fait office de centres communaux. Les enfants y prennent des repas réguliers, sont pris en charge médicalement, sont scolarisés tant bien que mal et bénéficient d'activités ludiques et pédagogiques. Parallèlement, les centres apportent aux parents soutien et conseil et la solidarité et la responsabilité de chacun est renforcée. Prévus à l'origine pour trois mois, ces programmes ont été prolongés en raison de la forte demande. SOS Villages d'Enfants travaille en étroite collaboration avec les communes locales, les services sociaux et les autres organismes sociaux locaux.

Il y a actuellement en Bolivie neuf villages d'enfants SOS, un foyer de jeunes SOS sur chaque site de village, trois écoles SOS Hermann Gmeiner, cinq centres SOS de formation professionnelle ainsi que des centres sociaux SOS sur tous les sites ainsi qu'un programme d'aide d'urgence.